Migrations : perspectives historiques et approches ethnographiques – Jeudi 25 avril 2019 à 16h-20h à la salle Cezayir

Migrations : perspectives historiques et approches ethnographiques

Séminaire conjoint « Enjeux contemporains migratoires » « Nouvelles gouvernementalités »

Jeudi 25 avril 2019 à 16h-20h – à la salle Cezayir

16h – 17h 30 
Caroline Douki ( IDHES, Université Paris 8) : « Nouvelles approches historiographiques : « Ce que l’histoire des migrations contemporaines fait à l’historiographie de la Méditerranée » »
Discussion par Fuat Dündar (TOBB ETÜ – Ankara) 

18h – 20h 
Stéphane Beaud (Université de Poitiers) : La France des Belhoumi. Portraits de famille (1977-2017), la Découverte, 2018. (Présentation d’ouvrage par l’auteur)
Discussion par Ferhat Kentel (Université Şehir) 

Interventions en français 
Organisé par l’axe AMiMo de l’IFEA en collaboration avec l’Association pour les recherches sur les migrations (GAR) et l’Université Galatasaray

Caroline Douki :  Ce que l’histoire des migrations de l’époque moderne et contemporaine fait à l’historiographie de la Méditerranée – et réciproquement.

Après avoir évoqué les effets de l’organisation institutionnelle de la recherche historique qui, en érigeant des séparations académiques entre les différentes périodes de l’histoire, a trop souvent segmenté les enjeux migratoires en Méditerranée, on s’appuiera sur l’historiographie récente pour montrer les effets heuristiques importants permis par la prise en compte de temporalités variées (longue, moyenne, courte durées) et par des approches résolument interdisciplinaires.

Cela permet notamment de replacer les migrations au centre des dynamiques historiques des sociétés méditerranéennes, tout en restant attentif aux évolutions et aux ruptures que connaissent les statuts accordés aux migrants dans ces sociétés, où l’omniprésence de la mobilité n’empêche pas la place et la définition très diversifiées qui sont faites à l’altérité et l’extranéité.

Caroline Douki: Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure de Fontenay-Saint-Cloud et ancien membre scientifique de l’Ecole Française de Rome, Caroline Douki est actuellement membre de l’UMR CNRS 8533 IDHES et maîtresse de conférences à l’Université Paris 8, où elle enseigne l’histoire des migrations internationales et l’histoire de la Méditerranée à l’époque contemporaine.

Ses domaines de recherche portent plus particulièrement sur les politiques migratoires des pays de départ méditerranéens aux XIXe et XXe siècles, sur la construction internationale des droits des migrants, ainsi que sur le transport maritime des migrants dans les espaces méditerranéen et atlantique au début du XXsiècle.

Parmi ses publications :

  • “Accords franco-italiens : des accommodements d’urgence à l’administration partagée du travail immigré”, in Laure Machu, Isabelle Lespinet-Moret, Vincent Viet (éd.), 1914-1918. Mains-d’œuvre en guerre, Paris, La Documentation Française, 2018, p. 201-225.
  •  “ The ‘Return Politics’ of a Sending Country: The Italian Case, 1880s-1914”, in Nancy L. Green, RogerWaldinger (éd.), A Century of Transnationalism : Immigrants and their Homeland Connections,Urbana&Chicago, University of Illinois Press, 2016, p. 35-55.
  • « Un ticket pour de nouveaux mondes. Les billets de transport transatlantique des émigrants italiens (1900-1920) », in Leyla Dakhli, Vincent Lemire (éd.),Étudier en liberté les mondes méditerranéens.Mélanges offerts à Robert Ilbert, Paris, Publications de la Sorbonne, 2016, p. 123-132.
  • Co-direction (avec Philippe Minard), Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique ? numéro spécial de la Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2007.

Stéphane Beaud (Université de Poitiers) : La France des Belhoumi. Portraits de famille (1977-2017), la Découverte, 2018. (Présentation d’ouvrage par l’auteur)

https://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-La_France_des_Belhoumi-9782707196118.html :

Un livre de plus sur les jeunes « issus de l’immigration » ? Pour dénoncer les discriminations qu’ils subissent, sur fond de relégation sociale dans les quartiers « difficiles » ? Et conclure sur l’échec de leur « intégration » dans notre pays ?

Non. L’ambition de Stéphane Beaud est autre. Il a choisi de décentrer le regard habituellement porté sur ce groupe social. Son enquête retrace le destin des huit enfants (cinq filles, trois garçons) d’une famille algérienne installée en France depuis 1977, dans un quartier HLM d’une petite ville de province. Le récit de leurs parcours – scolaires, professionnels, matrimoniaux, résidentiels, etc. – met au jour une trajectoire d’ascension sociale (accès aux classes moyennes).

En suivant le fil de ces histoires de vie, le lecteur découvre le rôle majeur de la transmission des savoirs par l’école en milieu populaire et l’importance du diplôme. Mais aussi le poids du genre, car ce sont les deux sœurs aînées qui redistribuent les ressources accumulées au profit des cadets : informations sur l’école, ficelles qui mènent à l’emploi, accès à la culture, soutien moral (quand le frère aîné est aux prises avec la justice), capital professionnel (mobilisé pour « placer » un autre frère à la RATP) …

Cette biographie à plusieurs voix, dont l’originalité tient à son caractère collectif et à la réflexivité singulière de chaque récit, montre différents processus d’intégration en train de se faire. Elle pointe aussi les difficultés rencontrées par les enfants Belhoumi pour conquérir une place dans le « club France », en particulier depuis les attentats terroristes de janvier 2015 qui ont singulièrement compliqué la donne pour les descendants d’immigrés algériens. 

Sociologue, Stéphane Beaud, est professeur de sociologie à l’université de Poitiers, membre du Gresco. Il a notamment publié, à La Découverte, Guide de l’enquête de terrain (avec Florence Weber, 1997), Retour sur la condition ouvrière (avec Michel Pialoux, 2012 ; 1reéd. Fayard, 1999), 80 % au bac, et après ? (2002, 2005), Pays de malheur ! (avec Younès Amrani, 2004, 2005) et Traîtres à la nation ? Un autre regard sur la grève des Bleus en Afrique du Sud (avec Philippe Guimard, 2011).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.